Cornwall, chambre à air et Orlando

Mails envoyé à ma famille et mes amis après un voyage en Angleterre à vélo, effectué au printemps 2013 pour marquer une pause dans mes révisions du CAPES d’anglais. Je suis partie avec une tente mais n’ai eu à dormir dedans que quatre nuits, grâce à l’hospitalité rencontrée outre-manche….

 

En cette belle journée, je partage avec vous quelques pensées de mon périple à vélo sur les terres d’Angleterre.

Je repense au vent qui m’a accompagnée : qui m’a ralentie, qui m’a poussée ; aux nuages, dodus ou bien étirés, versant sur moi leur pluie fine qui mouille à peine.

A journey
Un matin je suis partie en train de Londres, je suis descendue à Plymouth, en Cornouailles. A vélo, j’ai longé la côte Sud puis la côte Nord de la pointe de l’Angleterre, j’ai traversé le Devon du Nord au Sud, puis le Somerset du Sud au Nord, puis tous les counties de Bath jusqu’à Londres, en passant par Marlborough, Faringdon et Oxford.

Ma première amie
Une fermière dont la boîte aux lettres avait la chance d’être plantée exactement là où je voulais, moi, planter la tente : un petit bout d’herbe particulièrement bien protégé du vent. Je faisais bouillir de l’eau, la fermière a surgi pour me demander assez nerveusement de débarrasser le gazon, ce qui ne m’arrangeait pas. Quand elle a su que je n’avais pas de jardin ( « Que dirais-tu si quelqu’un venait camper dans TON jardin ? – Je n’ai pas de jardin. – Mais… mais ? Pourquoi n’as-tu pas de jardin ? – Parce que j’habite en ville. »), elle était si triste pour moi qu’elle m’a dit OK pour que je campe au pied de sa boîte aux lettres, elle m’a apporté du gâteau et des fruits, et m’a souhaité bonne nuit.

Up hill
Avec Jane aux longues nattes – hippie ou bo-bo ? – nous avons, chacune à quatre pattes, recueilli des graines d’un peu tout ce qu’elle avait dans son jardin. J’ai maintenant avec moi un petit sachet de seeds et pour mission de les semer dans un jardin de notre capitale avec son fils Orlando, marionnettiste à Paris.

Real ales
Dimanche midi : déjeuner chez le curé qui décongèle du vin en mon honneur. Après-midi : des canettes, des bouteilles et des pintes offertes par des pêcheurs, des mécaniciens, des campeurs, des serveurs, des randonneurs, des promeneurs, des chercheurs. Quand vient le soir : une bouteille et une deuxième bouteille que l’on ouvre parce que je suis française et qu’en France on boit du vin, so Cheers! en oubliant que j’ai 6 heures de vélo dans les pattes : dur dur le lendemain matin quand il faut enfourcher !

Ustensiles pas bien utiles
Chambre à air et autres outils pour mon vélo : aucune crevaison, aucune manipulation technique à effectuer. J’ai fait changer les freins ( vite usés à cause des pentes ). Le mécano en a profité pour me prévenir que j’étais sur le point de perdre ma roue avant. Fissi fissa j’ai remis un écrou !

Ma tente : j’ai dormi 4 nuits dedans. Les autres nuits j’ai occupé la chambre de Paul, Kelvin, Samantha, Joshua, Natty…. qui n’étaient pas là. ( « Laura, I have just met this young lady, she was looking for a camping site around here. But I though she could sleep in Paul’s bedroom since he is not here. »)

Voici un petit aperçu du bon vent qui a soufflé outre-manche.
J’ai été gâtée de pouvoir me dire chaque matin que j’ignorais ce à quoi la journée allait ressembler, j’ignorais ce que j’allais faire et où je serai le soir même, avec qui et comment. Toutes ces journées ont été des pages blanches, que j’ai remplies sans me presser. J’ai été gâtée par les portes ouvertes. Et je repartais chaque matin, après de beaux rêves, enrichie par la confiance reçue dans chaque port.

On s’y attache.

Bon vent à tous !

Clem

Publicités

A propos Clémence Egnell

Ce blog décrit, illustre et raconte des moments vécus sur ou à côté de nos vélos, sur les routes d'Europe, d'Asie et d'Amérique. Bonne visite ! Clémence Egnell et Andrés Fluxa
Cet article, publié dans Courrier, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Cornwall, chambre à air et Orlando

  1. Clemence!
    I am very impressed by your travel stories, even though I don’t understand every word. I must purchase a French /Swedish dictionary soon, so I can look up some words.
    How very sad to read about Ignacio – makes me want to weep for his parents!
    Your writing shows great sensitivity and your pictures are very good indeed.
    Thank you for using our front door window with the Swedish « Dalahästar » as your heading.
    When will we aee you here again? Son Patrick will come here for just one day on nov 4th and nov 8th (adds up to 2 days).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s