Un peu foufou ce voyage !

« Mais ! On ne fait pas le tour du monde comme ça ! »
Je répondrais bien : « Il n’y a que les idiots qui ne changent jamais de voyage ».

En fait, je veux bien l’admettre, notre voyage est un peu foufou ! Du moins, en ce moment. Depuis l’histoire du sacré Ranger, souvenez-vous, il y a eu des nuits magnifiques, pleines d’étoiles, des nuits à rester dehors toute la nuit si nous avions pu ignorer le froid polaire et pénétrant. Ce qui n’a pas été pas le cas. En revanche, grâce à ces températures pas très amicales, nous avons dormi dans une roulotte, dans un van qui nous servait aussi de van (je raconterai ça plus tard), dans une cabin au fond du jardin du pasteur, dans une maison de luxe à Bermuda Dunes, CA, dans le parc national Canyonlands, sur le parking du parc Navajo Monument Valley, dans le village minier familièrement nommé Jerome, dans un studio prêté par des mormons, dans un manège (pour rodéos), dans un kiosque en bois en face d’un terrain de sport (kiosque vide dans lequel il se vend les jours de jeu des hot-dogs, des chips, des sodas et des hamburgers à 1 dollar pièce – l’affiche faisant foi – ce qui ne le rendait que plus vide encore) et dans le palais de bois dans lequel nous sommes à présent, à 2800 mètres en l’air, dans des lits qui je crois s’appellent « king size plus plus ». Et sous la tente ? Et bien pas tellement. Pas le temps ! Donc donc, vous vous demandez : « Mais qu’est-ce que c’est que ce voyage ?! » et je réponds : « Je n’en sais rien, mais en tous cas ça se passe très bien ! »

Savez-vous que j’ai revu ma famille, début avril ? Un cousin bien aimé se mariait dans le sud de la Californie et c’était l’occasion de revoir ma tribu. Puisque nous nous trouvions, avant la noce, dans le Colorado, nous étions trop loin pour une arrivée en fanfare à vélo – ce qui m’aurait bien plu ! Nous avons laissé nos bicyclettes chez le reverend Gregg qui nous a prêté en échange son van, et nous nous sommes mis en route à l’américaine, c’est-à-dire en faisant l’équivalent de Paris – Rome d’une traite parce qu’il n’y a rien entre les deux. En l’occurrence, entre Dove Creek et Coachella Valley, il y avait des choses à voir, mais entre elles : nothing. Donc balades dans Monument valley, balade à Jerome et à part ça : ligne droite.

La fiesta qui nous attendait n’a pas déplu à Andrés qui n’a pas pu lâcher son appareil de tout le week-end, sauf le soir venu parce qu’il n’avait pas de flash. Alors, il a été obligé de danser avec moi et mes cousines, le pauvre. Je ne dis rien d’autre, parce que je sais que vous êtes capables d’imaginer ce que ça fait de revoir ses cousins et oncles et tantes chéris après si longtemps et dans un contexte aussi surreal.

Puis nous sommes revenus chez Gregg, qui nous a gardés parce que je devais travailler sur des traductions. Cet arrêt a été l’occasion de fêter Pâques avec lui et son Église : the Assembly of God. Ça m’a rappelé mon été 2006, à New York : trois mois durant, j’avais entrepris de visiter une église par dimanche. Ça m’avait donné un bon aperçu des différents styles et croyances, mais je n’avais pas trop distingué les Born again, ces chrétiens nouvellement convertis. Gregg est l’un d’entre eux : athée dur comme fer il y a 7 ans, il est aujourd’hui pasteur de son Église et un des personnages les plus importants de sa petite ville. Nous nous sommes remis aux bénédicités et nous avons réappris à nous émerveiller devant la nature avec Gregg qui souligne toujours la vue d’un oiseau ou d’une fleur sauvage d’un joyeux Thank you Lord!

Gregg vit avec ses deux chiens que j’ai bien aimés, et en échange de son hospitalité, nous avons cuisiné tous les midis et tous les soirs des plats préparés avec amour, moult légumes et toutes les casseroles, poêles, écumoires, cuillers, louches, couteaux fins, longs, tranchants, économes, tables en bois, plats en verre, plats en porcelaine, plats en faïence, plats petits, plats plus grands et avec tous les saladiers possibles ; avec toutes les épices, les huiles, les aromates, les sels et tous les poivres possibles ; avec le four, les plaques électriques, le grill, le micro-ondes ; avec les deux fenêtres ouvertes, avec la radio argentine et en nous étalant jusqu’à chaque coin de la cuisine de Gregg, oui, c’est cela : nous l’avons faite nôtre. Nous réalisions que nous avons cuisiné pendant deux ans avec 1 casserole, 1 réchaud et 1 set de couverts par personne (incomplet en ce qui concerne le mien). Après chaque festin, une tornade de ménage faisait valser les plats et les couverts et la cuisine retrouvait son état de top model jusqu’au repas suivant.

Il est tentant de raconter comment nous sommes arrivés dans ce chalet à 3 100 mètres et à 75 km de Denver. L’histoire est simple : dans l’Utah, nous avons croisé à deux reprises un cycliste et la deuxième fois, il s’est gentiment calé sur notre rythme, ce qui a dû être dur parce qu’il pouvait aller vachement vite sur son vélo carbone de 7 kg et qu’il avait prévu de faire 160 km ce jour-là. Donc, Benjamin s’est mis à notre rythme et nous avons fait la montée entre Boulder et Torrey ensemble, c’est-à-dire deux bonnes heures de grimpette. Entre mille autres sujets, il nous a dit qu’il venait de déménager et que son ancienne maison est en vente, donc inoccupée et que si nous voulions… Vous avez compris, puisque c’est là où nous sommes en attendant ma mère et ma tante qui arrivent dimanche soir pour deux semaines.

Chez Ben – Clem en train de blogger

Que me reste-t-il à raconter de ma fameuse liste ? Ah oui, le coup des nuits dans le van. Quand nous sommes allés en Californie avec le van de Gregg, celui-ci nous a dit de ne pas hésiter à nous en servir comme lit. Nous en avons fait l’expérience sur le parking du parc Monument Valley. Et bien Andrés y a pris goût (moi non). Toutes les nuits suivantes jusqu’à notre retour à Dove Creek, Andrés était ravi de dormir à l’arrière du van, et moi d’être seule sous la tente – ce qui est un luxe immense, je vous l’assure !

Je ne compte pas vous ennuyer plus longtemps, vous redire comme l’Utah, c’est beau. Nous avons découvert in extremis Canyonlands National Park et Mesa Verde National Park, et de façon plus organisée Arches National Park et… je laisse à Andrés le soin de raconter en images :

Dans les Rocheuses, Colorado
27 avril 2017

Publicités

A propos Clémence Egnell

Ce blog décrit, illustre et raconte des moments vécus sur ou à côté de nos vélos, sur les routes d'Europe, d'Asie et d'Amérique. Bonne visite ! Clémence Egnell et Andrés Fluxa
Cet article, publié dans Etats-Unis, Sur la route, Voyage à vélo, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Un peu foufou ce voyage !

  1. Magnifiques photos de cet endroit visité l’été dernier ! Quelles belles rencontres et histoires ! Ah ah tente vs van !!! Dans le doute j’opte pour les deux 🙂 bonne route !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s